Federation Internationale Musique Esperance

HISTORIQUE

Depuis sa création en décembre 1982, le mouvement humanitaire Musique Espérance s'est engagé pour la défense des droits de l'Homme et le soutien aux jeunes musiciens professionnels. Très rapidement, des programmes ont été mis en place autour de quatre axes majeurs :

- musique et échanges ;

- musique et solidarité ;

- musique et développement ;

- musique et culture de la paix.

Trente ans d'engagement et d'action par les bénévoles de Musique Espérance, pour le partage d'une « musique autrement » au service des droits de l'Homme, de la Paix et de la Jeunesse.

 

Quelques exemples de réalisations développées par Musique Espérance depuis trente ans

 

Dès 1983, les échanges musicaux ont été favorisés. Pendant trois années consécutives, accueil en France durant quinze jours des musiciens du lycée Frédéric Chopin de Cracovie (Pologne), avec concerts et débats sur le thème : « Universalité de la musique, universalité des droits de l'Homme ».

En 1986, en Argentine, un programme de développement intégré à Vinará (village de la province de Santiago del Estero) a permis de créer, pour les enfants et les adolescents, des ateliers de musique, de dessin, de danses folkloriques, de travail artisanal pour les femmes, ainsi qu'un atelier agricole.

En 1987 et jusqu'en 1996, est organisé en France un « Festival international de jeunes musiciens » de trois semaines avec deux concerts quotidiens.

 

Miguel Ángel Estrella

 

En 1989, création en France de la première « sélection internationale Musique Espérance ». Cette sélection a réuni 54 jeunes musiciens venus de France, Italie, États-Unis, Pologne et Japon.

En 1995, la deuxième sélection internationale Musique Espérance a eu lieu en Argentine.

En 1996, Musique Espérance collabore au programme UNESCO TCHERNOBYL, lancé par l'UNESCO en janvier 1991 qui a mis en place neuf centres communautaires de réhabilitation psychologique et sociale pour pallier les conséquences de la catastrophe nucléaire. Dans ce contexte, Musique Espérance organise en France une « université d'été » d'un mois réunissant une quarantaine de jeunes musiciens, treize professeurs, cinq conférenciers, venus des trois pays contaminés (Biélorussie, Ukraine, Russie), d'Europe et d'Amérique latine. À la suite de l'université d'été, six musiciens boursiers de Musique Espérance venus de Biélorussie et d'Ukraine ont été accueillis en France dans trois conservatoires régionaux.

En 1997 et jusqu'en 2007, accueil en France de musiciens boursiers de Musique Espérance pour diriger des ateliers musicaux implantés dans des quartiers dits « sensibles » de centres urbains.

En 1998, en Argentine, sous le patronage de l'UNESCO, création à Tilcara, village situé dans la cordillère des Andes, d'un centre culturel andin et de l'ambassade musicale andine « La Voix des sans Voix », réunissant des jeunes originaires de la même région culturelle du nord de l'Argentine, de la Bolivie et du Chili.

 

La Voix des sans Voix

 

En 2002, création par Miguel Ángel Estrella de l'Orchestre pour la Paix qui s'intègre dans le programme de la Fédération Internationale Musique Espérance : « Musique et Paix, trésor d'humanité ».

En 2010, création du Quatuor pour la Paix, émanation de l'Orchestre pour la Paix. Ce quatuor se produit principalement devant un public de collégiens, lycéens et étudiants.

En outre, tout au long de ces trente années, plusieurs projets communs ont été développés en partenariat avec d'autres ONG.

Ces quelques exemples retracent une partie de l'histoire de la FIME depuis 1982. Ils doivent toutefois être complétés par les nombreuses autres activités artistiques, culturelles et éducatives, conduites en permanence par les bénévoles des associations affiliées à la Fédération Internationale de Musique Espérance, pour construire un monde plus solidaire, plus fraternel, plus humain.

Vous trouverez la description détaillée de toutes ces activités dans la rubrique Associations affiliées.

 

Téléchargez la biographie complète de Miguel Ángel Estrella